jeudi 14 janvier 2010

La dernière honte de l'année :

31 décembre 2009, black dress code, sortie en boîte, du lourd...
Bien sur, je n'ai prévu qu'une (magnifique) robe rouge, et une coiffure qui n'a pas l'air du goût des pralines...
Ni une ni deux, nous voila parties à la recherche de "the robe de soirée pas chère" !
Après moult pérégrinations (nous sommes dans la ville qui compte le plus de magasins par habitants tout de même !), nous trouvons "l'élue", celle qui aura l'infime honneur de franchir le cap de la nouvelle décennie avec moi. Mais elle est décolletée, et mes sous-vêtements ne collent plus du coup, donc petit détour par le rayon lingerie (c'est un grand magasin !) et nous arrangeons l'affaire avec un joli petit ensemble, et une paire de collant, c'est parfait.
Je règle mes petites emplettes, nous nous dirigeons vers la sortie... où nous attendrons patiemment le gorille de la sécurité étant donné que l'alarme retentit sur mon passage !
Il garde le sac, je repasse, rien, c'est donc dans le sac que se situe le gros du problème...
Je le regarde passer au vol toutes mes affaires une à une, devant toute la galerie : ce n'est bien sur ni la robe, ni les collants, encore moins le soutien-gorge, non, le traitre c'est.... le petit bout de dentelle noire qui va avec !
Grand sourire "j'assume" au gorille que je vois partir avec (devant tout le magasin cette fois), pour en faire ôter l'antivol resté accroché.
Bien sur, dans ces cas-là, les pralines s'écartent un peu, juste ce qu'il faut pour pouvoir glousser sans pitié mais sans en perdre une miette !
Comme on dit "Allez, juste une dernière pour la route !"
.

1 commentaire:

Françoise a dit…

Ton histoire est assez comique... c'est curieux il arrive toujours quelque chose quand on veut passer discrètement...