lundi 19 novembre 2007

La grève des transports à la parisienne :

La vache, ça vaut quand même le coup de voir "en vrai" ce que l'on voit tout le temps à la télé : les bousculades, les gens ratatinés dans les rames genre aquarium trop rempli, les engueulades...
Ce weekend, j'étais à Paris, pour rendre une petite visite à Superdoudou, très bonne idée, d'aller à Paris en pleine grève SNCF - RATP...
Le moment le plus sympa fut quand même le trajet en métro de la place d'Italie jusqu'à la gare Montparnasse (1 métro sur 10, cinquante minutes d'attente, des gens excédés...). Après avoir laissé filer 2 rames, je décide de m'engouffrer quoi qu'il advienne dans la 3ème qui finit par arriver archi bondée comme prévisible.
Par un miracle galactique, je suis dedans !!!!
Nous voilà totalement coincés-encastrés les uns dans les autres. Mon face à face avec un charmant jeune homme tourne court, me voila le nez collé à une jeune dodue visiblement de mauvaise humeur. La rame s'ébranle lentement, mais s'arrête quelques mètres plus loin, en plein tunnel, puis la lumière se coupe : panne d'électricité. Supéér... En plus, grâce aux (faibles) ampoules de secours, je commence à discerner l'oeil de plus en plus mauvais de la dodue, si elle décide de s'énerver, c'est clair, je vais en prendre pour mon grade... Pour décontracter l'atmosphère, les deux mamies derrière moi proposent que ceux qui sont assis se mettent debout sur les sièges, pour faire un peu d'air , réaction mitigée dans l'assemblée, surtout de la part des principaux intéressés. Je décide alors d'apporter ma pierre à l'édifice, et pour détendre la dodue, je lui ôte mon écharpe qui, dans la cohue, lui est arrivée sur la tête. 5 min... 10min... ça me déplairait fortement d'avoir à regretter d'être montée dans cette rame après tout le mal que je me suis donnée ! Ouf, nous repartons, lumière et tout...
Quelques stations plus tard, je parviens à m'arracher de cet enfer pour en découvrir un autre : la gare Montparnasse. Enfin, je dois avouer que là, tout se passe plutôt facilement (et du coup je réalise pleinement que j'ai laissé Superdoudou pour un sacré temps...sniff sniff...).
Bon reprenons nos esprits, je suis à la recherche d'une voie 8, d'une voiture 6 et d'un siège 21. Les deux 1ères étapes se passent sans encombres, mais là, stupeur, il y a un couple de vieux enracinés à ma place. Bonne joueuse, je vais chercher plus loin : bingo, une place de libre à côté d'une jeune fille qui a dû manger un cendrier au ptit déj', qu'à cela ne tienne, je dégaine mon paquet de granolas qui masque l'odeur, et nous voila partis, direction Bordeaux (entre autre).
Deux gares plus loin, une mamie et son petit garçon nous dégagent sec de nos places.
Je retente une deuxième fois de récupérer ma place auprès des deux racines quiquagénaires qui me renvoient paître. Merde quoi, j'avais réservé exprès pour éviter ce genre d'embrouilles, et là en plus, ils s'excusent même pas ! Je repars en machouillant ma colère grosse comme un malabar quand je tombe sur un agent de la SNCF à qui j'explique mon problème. Nous convenons tous les deux que les gens sont parfois bêtes, et il me propose de finir le voyage en 1ère classe : en voilà une idée qu'elle est bonne !!
Du coup, je passe une heure et demi à me relaxer en brodant, "Dirty Dancing" à fond dans mon MP3, sous l'oeil incrédule de l'anglais en face de moi.
Quand je vous disais qu'il fallait le vivre de l'intérieur pour vraiment savoir ce qu'était une bonne grève des transports à Paris !!

1 commentaire:

Machemy a dit…

Je ne me lasse jamais de tes histoires minette!!!!
J'attends les photos de tes tricots!